Actualité

Echantillons de récolte

Les résultats du 3ème échantillon de récolte confirment la mauvaise tendance et les rendements inférieurs attendus.

 

 

Résultats hebdomadaires

Chaque semaine, la sucrerie publie un rapport sur l'état de la transformation des betteraves. Vous pouvez consulter ce rapport ici: Rapports hebdomadaires 2018

 

Les récoltes vont débuter fin septembre en Suisse romande

La campagne de transformation va débuter le 3 octobre 2018 à Aarberg. Les arrachages vont donc lentement débuter en fin de semaine prochaine. Au vue des températures élevées il est déconseillé d'arracher les betteraves trop vite. Il en résulterait un risque élevé de pourritures ainsi que des pertes en masse ainsi qu'en sucre (transpirations des racines). Les sois sont également très secs et ne vont pas faciliter l'arrachage. Il faut à tout prix éviter les blessures et cassures des racines. Le surface de décolletage doit être la plus petite possilble (équivalent à une pièce de 5 CHF). Cela permet également de diminuer les pertes par transpiration.

 

 

 

Noctuelles: De nombreuses perforations dues à des attaques de noctuelles défoliatries sont observées. Tard, ces attaques n'ont pas de fortes incidences sur le rendement. Malheuresement les conditions météorologiques actuelles sont favorables au développement et à la reproduction de cet insect.

 

 

Quelles pourritures?

 

Cette année encore, certains cas de pourritures sont annoncés. Heuresement, grâce aux conditions sèches la pourriture due au nématode du collet est relativement faible.

 

La pourriture due au rhizoctone brun se trouve surtout sur les parcelles avec un précédent maïs ou prairie.

 

Une nouvelle forme e pourriture semble faire son apparition. Elle concerne les betteraves souffrant particulièrement du sec. Le feuillage est complètement détruit, il n'y a aucune nouvelle feuille sur le collet. Les racines sont molles et on déjà perdu en masse (circonférence du trou plus grand que la racine). Cette pourriture humide commence par la pointe pour se généraliser au reste de la racine.

 

Les livraisons ne doivent pas contenir de betteraves pourries. La tolérance pour des betteraves partiellement pourries est de 10% et 6% de betteraves entièrement pourries.

 

Pour les arrachages dans les parcelles où de la pourriture est constatée, le producteur doit procéder de la manière suivante:

 

- Si des zones où la pourriture est plus marquée peuvent être délimitées, il faut que le producteur les marquent (broyage, piquets) afin que ces zones ne soient pas arrachées.

 

- Si une délimitation n'est pas possible car les plantes pourries sont "par ci par là", lors de l'arrachage il faut que faire une traversée avec la machine, idéalement dans la zone la plus critique, vider la trémie à l'écart du tas principal prévu et effectuer plusieurs comptages de 100 betteraves en sortant les pourries (idéalement 3x 100 betteraves). Si le pourcentage de betteraves pourries est de 10% la parcelle peut être arrachée. Si le pourcentage de pourries est nettement plus élevé il faut prendre contact avec la sucrerie qui donnera d'autres indications.

 

- Il faut absolument éviter d'arracher les parcelles trop vite (pas plus de 14 jours) car si les betteraves sont en tas trop longetemps elles peuvent transmettre la pourriture aux betteraves saines ce qui n'est pas évidemment pas souhaité.

 

Ces informations sont valables jusqu'à nouvel avis. Les choses risquent d'évoluer suite aux premiers jours de transformation.

 

 

Le bal des arracheuses se poursuit

Au vue des températures élevées il est déconseillé d’arracher les betteraves trop vite. Il en résulterait un risque élevé de pourritures ainsi que des pertes en masse ainsi qu’en sucre (transpiration des racines). Les sols sont également très secs et ne vont pas faciliter l’arrachage. Il faut à tout prix éviter les blessures et cassures des racines. Le surface de décolletage doit être la plus petite possible (équivalent à une pièce de 5.-). Cela permet également de diminuer les pertes par transpiration.