Actualité

 

Cercosporiose

Les températures élevées (>25°C), les épisodes orageux et une forte humidité de l’air favorisent l’apparition de la cercosporiose. Les fongicides doivent être appliqués à 300-400l eau/ha avec de fines gouttes pour maximiser le mouillage du feuillage. Veillez dans le choix des produits à ne pas utiliser deux fois de suite la même triazole. Dans les zones à risques on évitera d’appliquer un produit contenant une strobilurine (voir tableau ci-dessous). Dans ces mêmes zones, l’ajout de 2.0l/ha de Funguran Flow est indispensable.

De l’infection jusqu’à l’apparition des symptômes (taches visibles) 7-10jours peuvent s’écouler. La lutte doit débuter dès que le seuil d’intervention de 1-2 plantes/are avec des taches visibles est atteint. Dès la première intervention, un rythme de 3 semaines devrait être maintenu entre les applications suivantes.

Seule une plante vigoureuse a la capacité d’absorber le produit qu’elle reçoit. Dans les parcelles où le feuillage ne se relève pas la nuit, une application est inutile car les plantes ne seront pas en mesure de mettre en valeur le produit.

 

Arrachage des montées

De nombreuses betteraves montées/sauvages sont encore visibles dans les parcelles. Leur arrachage est indispensable afin de limiter la problématique dans le futur. Dès le mois d’août et la maturité des graines atteintes, il est recommandé d’éliminer les montées de la parcelle. Il faut éviter de les éliminer sur le tas de fumier, sous peine de les resemer lors du prochain épandage.

Les betteraves montées de la variété Smart Belamia doivent impérativement être arrachées. Les producteurs de Smart Belamia n’ayant pas l’énergie d’arracher ces montées devraient sérieusement remettre leur choix variétal en question.

 

Syndrome basses richesses (SBR)

Depuis plusieurs mois, l’activité de la cicadelle (Pentasdiridius leporinus) vectrice du Syndrome des basses richesses est scrutée dans les moindres détails. Le début du vol a commencé avec environ 10 jours de retard par rapport à l’année dernière. Cela s’explique par la maturité également retardée des céréales. La population est très irrégulière d’une région à l’autre mais est plus faible que l’année dernière. Dans les 4 essais variétaux SBR contenant 13 variétés, aucune différence n’a pu être constatée pour le moment.

 

Autres ravageuers

Quelques cas de noctuelles défoliatrices sont observés. Ce ravageur occasionne des dégâts non significatifs et une intervention n’est pas nécessaire.

Les périodes chaude et sèches qui se succèdent sont malheureusement favorables à la teigne. Un second vol et les larves commencent à provoquer des dégâts (poudre noire au cœur). Les larves se cachent au cœur de la plante, sous leurs excréments. L’efficacité des insecticides homologués et soumis à autorisation est malheureusement insuffisante. Seul un retour des précipitations pourra limiter l’activité de la teigne.